Après la pluie

 

Isabelle Crochet - Poète

La reproduction partielle ou totale d'une œuvre présentée sur ce site est interdite, sans le consentement rédigé par contrat de son auteur donnant lieu à rétribution de droits d'auteur, conformément à la loi.

Après la pluie...

C’est un soir. Il pleut. Cachée sous son parapluie, une femme. L’endroit où elle va ? Ca, on ne le sait pas… S’approche un monsieur… Il demande à la femme de lui prêter un bout de parapluie. La femme hésite.. Ne répond pas tout de suite… Elle connaît la chanson… Et puis… on ne partage pas son parapluie avec n’importe qui ! Mais celui-ci a l’air aimable… et bien élevé. Il dit s’il vous plaît… quelques mots d’anglais… I’m sorry… please… Il l’appelle Lady… Lady.. La femme réfléchit … Lady… C’est vraiment très poli… C’est vraiment très … joli.

 

Alors, la femme dit oui au gentleman sans parapluie et les voilà partis, comme deux vieux amis, comme deux jeunes amants, bien à l’abri sous le même parapluie.

 

La femme trottine… L’homme marche d’un bon pas … Il a posé sa main à lui, sur sa main à elle pour l’aider à tenir le parapluie, et comme elle risque de glisser, sur le sol mouillé, il l’a enveloppée d’un bras musclé. La pluie tombe de plus belle. Alors, l’homme resserre son bras autour de la femme et les deux corps ainsi enlacés continuent d’avancer entre les flaques d’eau.

Ils arrivent devant un salon de thé, une lueur jaune dans le gris de la pluie.

 

A cup of tea ? Oui, oui, je veux bien merci… Velours capitonné, instants parfumés, juste à se frôler… Be carrefull… C’est un peu chaud … Un seul sucre ? Thank you… Non, non pas de lait…

 

Ils boivent leur thé à petites gorgées… Ils boivent leur thé… quand soudain mus par la même idée, avant d’avoir terminé le breuvage teinté, ils se prennent par la main, sortent sur le trottoir, et sous la pluie, ils se mettent à danser, sans s’occuper du regard amusé, des clients rassemblés, derrière la vitre du salon de thé.

 

 

La femme et l’homme valsent sous la pluie.

La femme et l’homme valsent dans la nuit.

La femme et l’homme valsent dans un petit matin d’été.

 

Et le parapluie,

oublié dans le porte-parapluies,

en est tout retourné,

il pleure des larmes toutes mouillées

sur le tapis de l’entrée.